Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 19:07

http://www.numerama.com/media/attach/nijamendosacem.jpgComme disait Audiard, "c'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnait." :)

Il est toujours aussi hallucinant de lire Jamendo...

Pour resituer le contexte, vous avez peut-être entendu que la Sacem a décidé de reconduire la très contreversée expérience "d'ouverture" aux licences Creative Commons jusqu'en 2015. Sans doute y a-t-il un petit lien avec la création de la C3S en Allemagne (dont je reparlerai très prochainement) qui va devenir la première Société de gestion de droit d'auteurs Libre, en opposition avec la Gema (l'équivalent de la Sacem).

Dans un magnifique communiqué, Jamendo a décidé de réagir :

"La Sacem soutient-elle réellement les licences libres ?

Suite à son accord signé avec Creative Commons début 2012, la Sacem vient de communiquer, selon ses dires, "Un premier bilan satisfaisant" de cette expérimentation (Voir le communiqué officiel de la Sacem : www.sacem.fr/cms/home/la-sacem/derniers-communiques-2013/sacem-et-creative-commons-renouvellent-leur-accord-septembre2013 ).

Cependant, l'observation des chiffres annoncés laisse entrevoir un tout autre constat, tant le bilan est décevant. La Sacem indique dans son communiqué de presse qu'en 18 mois, "713 œuvres ont été placées sous licences Creative Commons par 60 auteurs compositeurs (...) membres de la Sacem".

En d'autres termes, il y aurait eu moins d'oeuvres publiées sous ces licences par la Sacem en 18 mois qu'en une semaine sur Jamendo...

La Sacem avait pourtant été alertée par la communauté et notamment par Jamendo, premier service de musique sous licences Creative Commons (ndla: non, c'est toujours aussi faux. D'un point de vue comptable, loin devant, c'est Archive.org), que les conditions mises en place par la Sacem encadrant l'utilisation des licences Creative Commons étaient bien trop restrictives pour ses membres.

En effet, seules les trois licences Creative Commons les plus restrictives ont été retenues par la Sacem, et ce choix ne permet pas aux artistes de promouvoir leur musique via les plateformes de diffusion les plus populaires, ayant souvent un but commercial. Pourtant Jean-Noël Tronc, Directeur général de la Sacem, précise dans le communiqué que "l'objectif est toujours le même: laisser à nos membres (...) le choix le plus large concernant les modalités de protection de leurs créations"; alors que dans les faits, la Sacem semble vouloir agir au mieux pour conserver son monopole sur la gestion des droits d'auteur, voire potentiellement décrédibiliser les licences libres.

Passer outre le succès des licences Creative Commons en se focalisant sur un bilan mitigé ne permet pas de se faire une réelle idée du potentiel de ces licences dans la musique.

Sur Jamendo, 30 000 artistes ont choisi de publier 400 000 oeuvres sous ces licences et plusieurs centaines y sont publiées chaque jour. Grâce au modèle économique basé sur le licensing, Jamendo génère chaque mois des revenus pour plusieurs milliers d'artistes et séduit un nombre de plus en plus important de clients à travers le monde.

Il est tout aussi étonnant de relever que, malgré le bilan décevant du projet pilote avec Creative Commons, la Sacem n'a pas manifesté de volonté de se rapprocher des plateformes de diffusion commerciales, alors que Jamendo a déjà signé des accords pour ses artistes avec des sociétés de gestion collective étrangères comme ASCAP et BMI aux États-Unis ou la TEOSTO en Finlande. Jamendo soutient également le projet C3S, société de gestion alternative et adaptée aux nouveaux usages numériques.

Les artistes voient dans les licences Creative Commons une opportunité de faire découvrir leur musique, de trouver leur public, et de financer leur passion. Les licences libres constituent à ce titre un formidable outil de partage de la connaissance et de l'art."

Jamendo est convaincu qu'au delà de permettre la gestion libre de la musique par les artistes, les Creative Commons apportent le dynamisme vital au marché de la musique qui souffre de l'inertie de ses acteurs historiques."


De manière globale, et en me basant uniquement du côté de Jamendo, je trouve un tel communiquer bien maladroit dans les mots choisis et peu stratégique. Mais je ne suis pas Chargé de Communication chez Jamendo S.A. :)

http://www.laquadrature.net/wiki/images/8/8c/Sacem.pngPar contre, il est choquant de voir Jamendo parlait ainsi : "La Sacem avait pourtant été alertée par la communauté et notamment par Jamendo". Ah bon ?! Et depuis quand ? J'avais ici même dénoncé le silence radio de Jamendo lors de la mise en place du dispositif d'expérimentation Sacem/CC ! Et que dire l'usage du mot "communauté" :( Si Jamendo pense à la "communauté" des défenseur des licences libres et de la musique libre, je leur rappelle que la réaction c'est faites sans eux, car ils n'y ont pas été associé ! Et si on parle ici de la "communauté" du site Jamendo, je leur rappelle aussi qu'ils y ont mis fin le 24 avril 2012.

"En effet, seules les trois licences Creative Commons les plus restrictives ont été retenues par la Sacem, et ce choix ne permet pas aux artistes de promouvoir leur musique via les plateformes de diffusion les plus populaires, ayant souvent un but commercial" bin c'est peut-être tout le problème mon bon môsieur : le "but commercial" vu que le but des licences libres est avant tout la libre diffusion...

"...dans les faits, la Sacem semble vouloir agir au mieux pour conserver son monopole sur la gestion des droits d'auteur, voire potentiellement décrédibiliser les licences libres" choquant ! Quand on sait que Jamendo a fait bien plus de mal en 4 ans à la musique libre... Je signale à Jamendo qu'une entreprise qui a surprimé le choix des Licences Art Libre et Domaine Public de son site n'est pas la mieux placée pour parler de décrédibilisassion des licences libres. Tout comme j'aurai pu parler de la disparition du téléchargement et de la diffusion P2P ou des contraintes supplémentaires ajoutées aux auteurs par le dernier remaniement des CGU (l'impossibilité de communiquer sur les autres sites où les albums d'un artiste sont hébergés, sur tous les supports de communication de Jamendo sous peine de bannissement).

'...malgré le bilan décevant du projet pilote avec Creative Commons..." Oui bin au moins eux ils en ont fait un de bilan et ils l'ont rendu public.

http://www.framablog.org/public/_img/others/.cultural-commons-collective-society_m.jpg"Jamendo soutient également le projet C3S" Première nouvelle ! Bah pas étonnant, Jamendo a toujours ambitionné de devenir une "Sacem CC", dès le début. Mais je conseille tout de même à Jamendo de relire les satuts de C3S, car ils sont clairement dans le collimateur de ces derniers ;)

Bref, un communiqué dans la droite ligne de la potique de communication Jamendo : avancer caché quant à ses intentions réelles, avec des demi-vérités dites à demi-mots :(

Partager cet article

Repost 0
Published by ChefGeorges - dans Le livre noir de Jamendo
commenter cet article

commentaires

rolex replica 11/04/2014 05:18


 When you're flaunting an important Rolex watch, you have got each individual good reason to help you believe on the whole world.

jenaimeplusjam2-270.png

logo-blog-2011-copy.jpg

THE-RUST-FACTORY-ban.png

logo-GADGET-beta-1.png

Recherche Kea Donc ?

bando-fb-cg.png

http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/17//1202170232331323939450644.png

http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/17//1202170522241323939451784.png

AIDEZ MOI À ARRÊTER LA PUB --- DONNEZ :)

Joueur du Grenier