Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 16:56

http://cache0.bigcartel.com/product_images/32048347/its-alive.jpgLol, il est vraiment incorrigible ce Pierre Gérard :D à force de parler autant pour ne rien dire, ça va forcément se voir, mdr.

Croyez-le ou non, mais notre bon Gégé a tout simplement annoncé dans un article du Monde.fr que le nouveau site sera là... (roulement de tambours)... tadam : Fin mars 2012 !

Faut dire qu'ils ne sont pas, chez Jamendo, à une annonce farfelue près. Et de toute façon, comme une immense majorité n'en a plus rien à faire et bien beaucoup ne réclame pas de compte à Pierrot. Le nouveau site web de Jamendo c'est entre le vapoware et l'arlésienne, lol.

Allé, juste pour le plaisir je vous mets le lien de l'article (où Pierrot dire d'autres "approximation", notamment en disant que le téléchargement en 320 kbps est gratuit, alors qu'il est payant et uniquement sur PRO) et sa fameuse annonce :

"Nous lancerons fin mars une nouvelle version de notre site, avec un lecteur en HTML5, pour écouter sans se soucier des changements de page. L'objectif de cette version est de permettre d'éditorialiser plus facilement la plateforme, notamment au travers des radios, et de mettre en avant la part sociale"

Par twitter, je me suis permis de toute même rectifier 2,3 choses :)

Repost 0
Published by ChefGeorges - dans Chroniques diverses
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 15:44

C'est une première, que les faits rendent particulièrement complexes. La justice australienne a condamné une réalisatrice à verser à un artiste des dommages et intérêts pour avoir demandé la suppression d'une vidéo qu'elle avait elle-même filmée. La cour a estimé que c'était bien l'artiste qui était le titulaire des droits, et non la réalisatrice qu'il avait embauché.

Nous manquons de détails pour bien comprendre les faits, mais l'affaire est en tout cas intéressante en ce qu'elle constitue une première pour l'équilibrage du droit d'auteur sur Internet. Le cabinet King & Wood Mallesons indique qu'il a défendu avec succès l'artiste australien Richard Bell, très connu dans son pays, qui s'était plaint du retrait abusif d'une vidéo sur la plateforme Vimeo.

L'artiste, défenseur de la communauté aborigène en Australie, avait engagé la réalisatrice américaine Tanya Steele pour réaliser en 2010 un documentaire sur son séjour artistique à New York, baptisé "The Blackfella’s Guide to New York". Sans doute parce que les choses n'avaient pas été bien contractualisées en amont, la réalisatrice a ensuite prétendu détenir les droits sur le film, alors que Richard Bell affirmait être lui-même le titulaire des droits d'auteur. Il explique notamment qu'il a développé le concept du film en 2009.

"Je l'ai employée en lui disant que c'était mon film. Ca me fait stresser. Je ne comprends pas pourquoi quelqu'un prétend posséder quelque chose qui m'appartient", racontait-il l'an dernier dans un journal australien. La réalisatrice venait alors d'obtenir la suppression d'un trailer de 2 minutes publié sur Vimeo.

Selon le cabinet d'avocats, la Cour fédérale aurait reconnu que M. Bell était bien le titulaire des droits sur le film, et aurait surtout condamné la réalisatrice américaine pour avoir demandé (et obtenu) abusivement le retrait de la vidéo hébergée sur Vimeo, au nom de prétendus droits d'auteur qu'elle n'avait pas. The Register indique que la vidéo avait une visée promotionnelle pour Richard Bell, qui avait pour habitude de montrer son travail dans des vidéos pour que ses oeuvres prennent de la valeur, et que la réalisatrice devra payer à l'artiste 147 000 dollars australiens de dédommagement.

"C'est la première fois que dommages et intérêts sont octroyés parce qu'un tiers a obtenu la suppression d'un contenu sur Internet sans justification juridique", se félicite John Swinson, l'avocat de l'artiste. "Même si le fichier Vimeo était hébergé à l'extérieur de l'Australie, sa suppression indue a causé à M. Bell des dommages importants en Australie. La cour l'a dédommagée pour ce préjudice".


Publié par Guillaume Champeau,
le 19 Mars 2012 à 17h51
[article Numerama]
Repost 0
Published by ChefGeorges - dans Chroniques diverses
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 13:21

Vous allez être content :) Si, si :D

Je vous ai dégoté une courte intervention de notre Pierrot Gégé adoré (Pierre Gérard, co-fondateur Jamendo, pour les deux du fond, lol). Dans un nouvelle interview à frenchweb, notre bon Gégé se plie à un petit thème imposé : donner the idée pour 2012, en rapport avec la présidentielle arrivant à grands pas. Primo c'est rigolo, notre Pierrot ayant choisi de mettre le siège social de Jamendo au Luxembourg. Mais vous vous dites "quelle est cette superbe idée !". Jamendo... musique... licence CC... Facile ! une idée autour de la promotion de la musique libre ! ou de la valorisation de ses artistes si généreux qui font le choix éthique de la libre et gratuit diffusion au grand public !... Ah, ah, ah comme vous êtes naïf :)

Et non, la super idée de Pierrot est entièrement, que dis-je, exclusivement tournée vers l'entrepreneuriat made in USA ! Oui ces jeunes talents aux dents longues, prêts à tout pour gagner un max de fric... Non, vous avez raison, je caricature, d'ailleurs fin des années 90 c'est pas de leurs fautes la crise de la bulle spéculative internet, avec toutes ces startups vendues à prix d'or pour du vent... hmhm, je m'égare (lol).

Allé, rien que pour vous, voici 52" de pure vision entrepreneuriale... mais vide de sens :

Repost 0
Published by ChefGeorges - dans Le livre noir de Jamendo
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 14:07

Une fois n'est pas coutume, je fais un petit préambule à un article de Numérama que je partage avec vous. Si je le fais c'est que le cas mis en lumière ici pourrait porter un sacré coup au service PRO de Jamendo. En effet, cette décision de la Cours Européenne faisant jurisprudence dans toute l'UE, elle délégitime ce service commercial, qui par exemple permettait à Jamendo de vendre des licences PRO aux coiffeurs pour leur éviter les sommes exorbitantes demandées par la Sacem. Hors, sur le principe établi par cette cours de justice, c'est-à-dire que les clients des dentistes ne viennent pas là pour écouter de la musique, celui peut s'appliquer aussi aux artisans. Bref, une affaire à suivre, et notamment la réaction de Jamendo. Qui disait que ce système n'était pas viable ? ;p


[Article Numerama]

La Cour de Justice de l'Union Européenne met un frein aux demandes des ayants droit qui veulent être payés pour toute exploitation même indirecte de leur musique. Dans un arrêt rendu ce jeudi, elle estime que les dentistes qui allument la radio dans leurs cabinets n'ont pas à rémunérer les producteurs en sus de ce que payent déjà les stations de radio elles-mêmes. Une décision qui pourrait provoquer des réactions chez d'autres professionnels qui sont eux aussi invités à sortir leur carnet de chèques.

Voilà un arrêt de la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) qui pourrait avoir d'importantes répercussions sur la Sacem et toutes les sociétés de gestion collective en Europe. La CJUE, qui multiplie ces derniers mois les décisions favorables à un rééquilibrage des droits d'auteur en faveur du public et de la liberté d'expression, a publié jeudi 15 mars 2012 son arrêt SCF contre Marco Del Corso qui s'oppose une nouvelle fois à la toute puissance des ayants droit. Le juges remettent du bon sens dans les relations entre créateurs et diffuseurs.

L'affaire prend son origine en Italie. La Società Consortile Fonografici (SCF), qui défend les droits des producteurs de musique, avait voulu négocier avec l'association nationale des dentistes le paiement d'une rémunération forfaitaire pour la diffusion de musiques d'ambiance dans les cabinets des praticiens. Voyant que les négociations étaient au point mort, la SCF a décidé de faire un exemple en assignant en juin 2006 le docteur Marco Del Corso devant le tribunal de Turin, qui a débouté les producteurs dans un jugement rendu en mars 2008. Sollicitée, la cour d'appel de Turin a préféré demander son avis à la CJUE en lui demandant de dire si le droit communautaire imposait effectivement de faire payer la diffusion de musique auprès de patients dans un cabinet privé, au titre de la rémunération pour "communication au public" prévue par les textes.

Dans son arrêt, la CJUE rappelle que le docteur en question faisait écouter uniquement la musique diffusée par des stations de radio, et non pas des disques qu'il avait lui-même choisis. Or, la directive européenne de 1992 sur les droits d'auteur "impose aux États membres de prévoir un droit visant à assurer qu’une rémunération équitable et unique soit versée par l’utilisateur lorsqu’un phonogramme (...) est utilisé pour une radiodiffusion (...) ou pour une communication quelconque au public".

Les patients viennent se faire soigner, pas écouter de la musique

Si elle reconnaît que le dentiste est bien un "utilisateur" des chansons diffusées, la cour considère en revanche que les patients ne sont pas le "public" visé par les textes sur le droit d'auteur. Le public "vise un nombre indéterminé de destinataires potentiels et implique, par ailleurs, un nombre de personnes assez important", rappelle la Cour de justice, fidèle à sa jurisprudence. Pour parler de "public", il faut donc que le nombre d'auditeurs simultanés ne soit pas trop petit.

Or, "s’agissant des clients d’un dentiste, cette pluralité de personnes est peu importante, voire insignifiante, étant donné que le cercle de personnes présentes simultanément dans son cabinet est, en général, très limité", constate la CJUE.

Par ailleurs, contrairement à un bar qui diffuserait des matchs de football, le dentiste ne choisit pas ce qu'il diffuse pour attirer une certaine clientèle et en attendre un retour financier. "Les clients d'un dentiste se rendent dans un cabinet dentaire en ayant pour seul objectif d’être soignés, une diffusion de phonogrammes n’étant point inhérente à la pratique des soins dentaires, s'amusent les juges. C'est fortuitement et indépendamment de leurs souhaits qu’ils bénéficient d’un accès à certains phonogrammes, en fonction du moment de leur arrivée au cabinet et de la durée de leur attente ainsi que de la nature du traitement qui leur est prodigué". Dès lors, "une telle diffusion ne donne pas droit à la perception d’une rémunération en faveur des producteurs de phonogrammes".

S'il est un arrêt d'espèce, concernant les dentistes ou plus généralement les médecins, l'arrêt pourrait inciter d'autres professions à contester les paiements qui leur sont demandés lorsqu'ils diffusent de la musique pour leur clientèle. Y a-t-il une grande différence, par exemple, entre un dentiste et un coiffeur (lesquels payent de plus en plus chers) ? Refusant de fixer le nombre de personnes à partir duquel il faut parler de "public", la Cour européenne prévient qu'il "incombe à la juridiction nationale de procéder à une appréciation globale de la situation donnée". L'affaire du dentiste doit donc servir de canevas.

En attendant, en France, la Sacem demande entre 95,20 euros et 271 euros par an aux cabinets de médecins qui diffusent de la musique en salle d'attente, auxquels il faut ajouter la rémunération pour les artistes-interprètes et les maisons de disques, de 101,97 euros annuels minimum.


Publié par Guillaume Champeau,
le 15 Mars 2012 à 13h58
Repost 0
Published by ChefGeorges - dans Évènements
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 11:31

http://humour-fun.net/photos/27.jpg19h32, mercredi... voilà 10 min que je tente en vain d'accèder à www.jamendo.com :(

Je tente donc un accès à pro.jamendo.com qui comme toujours tourne comme un charme, me narguant avec sa vitesse d'affichage. Bon je retente ma chance sur www.jamendo.com... houra ! j'accède au site :) bon allé, je clique sur "forums" histoire de voir ce qui s'y passe. Ah, la dernière réaction date d'au moins une heure, ok. Je clique sur un message, c'est ok aussi. Bon je vais répondre... je clique pour valider mon post... bin il fait quoi là ? ça tourne depuis plus d'une minute... Hin ? encore une page de maintenance ? Bon je fais quoi maintenant... pfff, je vais attendre et réactualiser la page... voilà avec tout ça il maintenant 19h46 et j'ai tout juste taper 5 mots. Allé, je réactualise la page... ça marche mais... hé! mais mon message n'est pas au bon endroit dans le topic ?? Bon j'en ai marre, je vais voir chez les english y'a des discussions musclées en ce moment. Je clique... noooon, pas encore ?! Et si une nouvelle page de maintenance. Et j'ai beau réactualiser rien à faire, il faut de nouveau que j'attende au minimum 1 minute (et c'est long 1min à poireauter devant son écran...)

Voilà comment passer 20 min sur Jamendo en ne faisant rien ou quasiment ! Et dire que les bizounours de Jamendo nous linchent dès qu'on évoque ce genres de problèmes intolérables. Le plus surprenant c'est que Jamendo semble pouvoir se permettre le luxe d'un site buggué à plus de 50% :(

Repost 0
Published by ChefGeorges - dans Chroniques diverses
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 12:24

Bonjour à toutes & à tous,

Chères lectrices zé lecteurs adorés ceci est un petit message perso pour vous expliquez brièvement pourquoi si peu d'article ont été mis sur le blog ces derniers jours.

Sans tomber dans le larmoyant, sachez simplement qu'en ce moment je ne suis pas au mieux de ma forme physique. Et comme les moments de mieux-être sont consacré à Mass Effect 3... (lol)

Bref, je ne vous oublie pas pour autant. A part ce message, je ferai en sorte de poster aujourd'hui (ou demain) un article intéressant pour vous. Je reprendrai les découvertes d'albums la semaine prochaine.

Pour l'heure, tenez bon et ne céder pas aux syrènes de Jamendo, le Libre ce n'est pas qu'eux... ce n'est même plus eux...

http://www.rhumatopratique.com/wp/rp/files/2009/10/malade.jpg

Repost 0
Published by ChefGeorges
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 14:24

Qui sont les "perturbés", les malades mentaux agités du bocal, et autres dérangés ? Et bien à croire M. Sylvain Zimmer à qui l'ont doit cet élégant qualificatif, ce sont ceux qui affirment haut et fort que Jamendo dit n'importe quoi sur l'usage de copyrights sur son site (rappels).

Suivant donc les conseils avisés de Jamendo se résumant à "Jamendo l'a dit, taisez-vous et obtempérez, car si Jamendo le dit c'est que c'est forcément vrai", un artiste a eu la bonne idée de poster un gouaillant album :

 

 

Vous noterez le "subtile" jeu de mots qui donnera son nom à l'album (je vais pas vous faire l'injure intellectuelle de vous l'expliquer quant même ? lol). Ici l'auteur a suivi la même démarche qu'Anitek : il s'est seulement "inspiré de" certains morceaux très connus et sous copyrights, faisant ce que Jamendo considère comme "une démarche critiquable, mais légale", bref un "usage raisonnable" des copyrights dans un album sous licence CC (oui je ne me lasse pas de reprendre mots pour mots les propos de Jamendo sur le sujet, mdr).

L'album c'est hisser parmi les albums les plus populaires de la semaine :) Malheureusement nous n'aurons pas la joie de le voir se vendre sur PRO, quel dommage ;)

Repost 0
Published by ChefGeorges - dans Chroniques diverses
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 12:45

Et oui, voici un site qui est en train de devenir un véritable vapoware, expression consacrée dans le jeux-vidéo ou les logiciels en général, pour parler de ces programmes annoncés tous les ans et qui ne sortent jamais où alors au bout de 10 ans (Duke Nukem Forever en est encore aujourd'hui l'amblème).

Le nouveau site internet de Jamendo, on en entend parler depuis plus de 2 ans. Et encore je suis gentil, car pour certains ça fait 3 ans qu'on le fait miroité devant leurs petites yeux naïfs :) Et c'est depuis près d'un an qu'il est annoncé tous les 2 mois. Non sans rire, il devait être là en juin 2011 ! 2 mois avant on nous avait même donner de superbe capture d'acran le prouvant... mais en juin on l'a repoussé à septembre 2011... puis à fin décembre 2011... et normalement c'était bon pour févier 2011... on est en mars et il n'y a toujours rien, lol.

Il devient donc plus que légitime de se poser la question : le site a-t-il jamais été en développement chez Jamendo ? Et si il l'a été un jour, l'est-il encore aujourd'hui ? Détail intéressant, dans les photos des salons et conférences auxquelles Jamendo a assisté, sur les powerpoints on ne voyait systématiquement que des captures d'écrans de l'actuel site. Un peu étrange, surtout si le développement est à 95% ou pas loin. Ce ne sont que des photos sur un diapo après tout.

Je me suis donc permis de posez la question très officiellement à Jamendo, sur son forum dédié aux questions qui fachent ;)

Vous êtes libre d'apuyer celle-ci : https://getsatisfaction.com/jamendo/topics/cest_pour_quand_votre_nouveau_site

http://3.bp.blogspot.com/-Yn7S1z82bCA/TYAvEEyw0yI/AAAAAAAAFVw/85fIbf57N7k/s1600/cases%2Ben%2Bchantier%2B6.JPG

Repost 0
Published by ChefGeorges - dans Le livre noir de Jamendo
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 11:50

dacwyoij.jpg

[Article du 10/03/12 - remonté pour mise à jour]

Désolé d'avoir arrêté la "semaine folk", mais l'actualité a rattrapé le blog. En effet, l'Affaire Anitek a énormément grossi. comme vous le savez Jamendo refuse toujours d'enlever le titre (et même les titres désormais) utilisant clairement des copyrights. Jamendo est même allé jusqu'à censurer une critique dénonçant cette situation ubuesque !

Un véritable scandale, qui a aussi mis en lumière l'incompétence des collaborateurs chez Jamendo, pataugeant complètement dans les notions de droits d'auteurs et les licences Creative Commons (un comble ! pour le site sois-disant numéro uno de la zik en licence CC). Ainsi, très officiellement, ces derniers ont parlé d'un "usage raisonnable" (j'attends toujours la définition ou l'article de loi) concernant Anitek, et même que si "la démarche est critiquable, elle n'est pas illégale", ajoutant qu'il suffit d'ajouter la mention "inspiré de..." pour en fait rendre compatible un élément musical sous copyright avec une licence CC.

Les Communautés francophone et italienne sont sur le front de la contestation. Des actions se préparent, et aussi bien les artistes que les auditeurs impliqués du site Jamendo ne sont pas décidé pour le moment à faire redescendre la pression.

Pour suivre la situation et avoir les sources de ce que je dis ci-dessus, voici quelques liens utiles :

> Propos de Martin G., Promotion Manager Fr Jamendo : "démarche critique, mais pas illégale..."

> Propos de Nicole M., Community Manager En Jamendo : "c'est un usage raisonnable..."

> Article sur la censure de Jamendo (avec mises à jour)

> Article sur l'usage illicite de copyrights sur une licence CC

 


[Mise à jour - 11/03/2012 - 11h50]

Une petite mise à jour pour vous donner la réponse de M. Sylvain Zimmer ex-cofondateur de Jamendo, qui a surpris tout le monde en venant s'exprimer sur les forums sur le sujet (pas vu depuis plus d'un an quant même). Une intervention d'autant plus surprenante dans le spropos, jugez plutôt :

"Thanks for asking me but
1) If Nicole assessed the track and didn't think it was a CC violation then as far as I'm concerned it's not. If chefgeorges has a different opinion he can continue wasting his time just the way he likes and report it to Columbia.
2) The review obviously wasn't within the guidelines so it was deleted. So what? As usual, if we were trying to "censor" anything we would also have deleted this thread."

Oui, vous lisez bien : pour Sylvain Zimmer on peut sans problème piyer le catalogue de la Colombia pour ensuite l'upload en licence Creative Commons sur Jamendo ! Surréaliste, vous dites-vous et pourtant bien réel...

Repost 0
Published by ChefGeorges - dans Le livre noir de Jamendo
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 11:45

http://api.ning.com/files/voHpk1OJ6nyw*VaGBPyq9Z0-srS8QQt0NGI3KSdES47nYObj4N1SUvToRY5JARSep5e0qjjn3QdUvQiAD7EI*ggo7bEk7CZO/dyn001_original_450_299_pjpeg_2534148_3152d9ce3e8908efe1dc303ea245a85e.jpg

[Article du 07/03/2012 - remonté pour mise à jour]

Peut-être vous souvenez-vous qu'il y a plus d'un an, après des débats coopératifs sur les forums de Jamendo, une lettre ouverte et un sondage étaient adressés à Jamendo. Leur but ? Défendre et protéger les critiques d'albums. Mais ce resta une lettre morte, enterrée par le silence méprisant de Jamendo...

Dernièrement, des affaires ont éclaté et notamment une concernant Anitek (utilisation non-conforme des CC, avec des copyrights). Jamendo fit là aussi la sourde oreille. Les membres de la communauté italienne avait réussi a faire enlever un autre titre illégale (de Kellee Maize) en mettant une critique 0/10 sur l'album et en demandant d'y adhérer. Voulant imiter ceux-ci, j'ai mis en ligne la critique d'album suivante :

Telecharger-gratuitement-l-album--Tab---Anitek-Project-Mo.pngJ'ajoutais dans les commentaires de la critique que cette note et la critique disparaitraient dès que le titre illicite serait enlevé.

Et si je parle au passé, c'est que JAMENDO A CENSURÉ CETTE CRITIQUE D'ALBUM. Celle-ci a été supprimée et j'ai reçu par email l'explication et la menace suivante :

 

"This is just to let you know that I deleted the zero star review you left of the album "Tab & Anitek: Project Monarch" by Anitek.  As you are well aware, we insist that all reviews reflect the quality of the music; we delete any reviews that don't assess the music itself such as spam, self-promotion, low ratings due to JamPlayer problems, etc.  In the review, you yourself admitted that the low rating did not reflect the artist or the quality of the music, but instead your opinion of Jamendo.  Therefore, I removed it.  As you know, we let offending reviewers know the rules and, if afterwards their review behavior does not change, we permanently delete their accounts.  You are not an exception.

Nicole Maroutsos
Music/Community Manager"

(Traduction : C'est juste pour vous faire savoir que j'ai supprimé la critique à étoiles zéro que vous avez laissé sur l'album "Tab & Anitek: Projet Monarch" par Anitek. Comme vous le savez bien, nous insistons pour que tous les commentaires reflètent la qualité de la musique; nous supprimons toutes les critiques qui n'évaluent pas la musique elle-même, comme les spams, l'auto-promotion, de faibles notes en raison de problèmes JamPlayer, etc. Dans la critique , vous-même avez admis que la faible note ne reflétait pas  la qualité de la musique ou de l'artiste, mais plutôt votre opinion sur Jamendo. Par conséquent, je l'ai enlevé. Comme vous le savez, nous avons laissé les commentateurs incriminés reconnaître les règles et, si par la suite leur comportement ne change pas, nous supprimerons définitivement leurs comptes. Vous n'êtes pas une exception.)

 


http://medias.lepost.fr/ill/2008/09/22/h-20-1269774-1222037364.jpgSans en avoir averti qui que ce soit, Jamendo a donc très largement modifié sa posture vis-à-vis des critiques d'albums. Il n'est plus de bon ton de laisser une totale liberté d'expression et la Communauté régler elles-mêmes les problèmes (très mineurs et marginaux) de spamming et de trolling. Je suis donc de nouveau sous le coup d'une menace de bannissement. Mon crime : avoir dénoncé une situation illégale sur Jamendo ! avoir voulu protéger et le site et les téléchargeurs d'un tel album. Et plus important : je suis jugé pour avoir clairement écrit que je le faisais en tant que "défenseur de la musique libre et des licences libres CC".

Je ne compte pas en rester là bien entendu. La communauté doit aussi se positionner, car au-delà du problème spécifique Anitek, c'est bien la nouvelle politique de censure et de contrôle de l'image de Jamendo qui pose problème.

Aaah... mais quelle déroutante et blessante Société est devenu Jamendo, sur l'autel du profit débridé...



[Mise à jour - 08/03/2012 - 11h45]

Jamendo a finalement donné une réponse que je vous livre :

"Il semble que ChefGeorges ait mal compris mon email. Je n'ai jamais dit que nous allions dorénavant modérer toutes les critiques, ça n'est simplement pas vrai. Le but des critiques est de permettre aux utilisateurs de donner leur opinion sur la qualité d'un album, qu'ils considèrent l'album comme bon ou mauvais. Ca n'a pas changé.

Toutefois, il y a un bouton “signaler” sur toutes les critiques et les utilisateurs peuvent donc signaler une critique qu'ils considèrent ne pas être une évaluation de la qualité de l'album. Cela a toujours fonctionné ainsi. Nous lisons toutes les critiques signalées et effaçons celles qui ne reflètent pas la qualité des albums, par exemple les spams, l'auto promo ou les critiques qui donnent une mauvaise note à cause d'un problème qui n'a aucun rapport (par exemple si quelqu'un donne une note de 0/10 car le JamPlayer ne fonctionne pas). Je pense que c'est juste.

Comme vous le savez tous, ChefGeorges a écrit une critique négative sur un album et a dit lui même : "Mon 0/10 ne juge pas l'artiste ou la qualité de la musique, mais juge le laxisme de Jamendo et dénonce un violation des CC."
Comme ChefGeorges l'a admis lui même, la critique négative ne reflétait pas la qualité de l'album et c'est pourquoi je l'ai effacée. Selon moi, elle entre dans la catégorie des “mauvaise note pour cause de problèmes qui n'ont rien à voir avec l'album en question”.

Nous avons bien pris note de vos plaintes concernant la piste d'Anitek “Merlot Downer” et y avons prêté une grande attention. Toutefois, nous pensons qu'il s'agit d'un "usage raisonnable" et c'est pourquoi nous avons laissé le morceau sur le site. Vous avez tout à fait le droit de ne pas être d'accord avec notre opinion et de l'exprimer sans être censurés ; vous l'avez d'ailleurs fait savoir très clairement sur le forum. Mais les critiques ne sont pas l'endroit où exprimer vos griefs contre Jamendo. Notre but est vraiment d'assurer que les critiques soient un reflet de comment la communauté note la qualité des albums. En tant qu'artistes, je suis sûre que c'est quelque chose que vous souhaiteriez pour vos albums également.

Nicole M. (Community Manager)"

Voici la réponse que je lui ai donné sur les forums de Jamendo :

"Nicole a écrit: "toutefois, nous pensons qu'il s'agit d'un "usage raisonnable" et c'est pourquoi nous avons laissé le morceau sur le site."

- Cette définition n'est propre qu'à Jamendo, pas au droit en vigueur en Europe, et encore moins en France.

Nicole a écrit: "Vous avez tout à fait le droit de ne pas être d'accord avec notre opinion et de l'exprimer sans être censurés"
- Un paradoxe ! puisque ma critique a bien été censurée !
Si Jamendo veut mettre en place un système vraiment clean, éthique et avec une modération raisonnée et impartiale, je vous renvoie à cette lettre ouverte adressé il y a plus d'un an par la communauté à Jamendo :
http://www.jamendo.com/fr/forums/discussion/38575/lettre-ouverte-final-de-la-mobilisation-sur-la-sauvegarde-des-critiques-et-la-charte/#Item_18 
Nicole a écrit: "Selon moi, elle entre dans la catégorie des “mauvaise note pour cause de problèmes qui n'ont rien à voir avec l'album en question”.
- Faux ! la mauvaise note a tout à voir avec l'album ! Comment noter positivement un album sur lequel au moins 1 titre bafoue les licences libres CC ??
Après, je ne sais pas d'où vient votre citation : des CGU ? pas trouvé. Par contre on y voit clairement un paragraphe notant que Jamendo bloquera tout album contenant des copyrights. L'argument du "vous n'avez pas utilisé le bouton de signalement" est une manœuvre malhonnête intellectuellement parlant. En effet, Jamendo est au courant du problème depuis plusieurs jours déjà ! (voir avec votre collègue jammartin)"
To be continued... ;)
Repost 0
Published by ChefGeorges - dans Le livre noir de Jamendo
commenter cet article

jenaimeplusjam2-270.png

logo-blog-2011-copy.jpg

THE-RUST-FACTORY-ban.png

logo-GADGET-beta-1.png

Recherche Kea Donc ?

bando-fb-cg.png

http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/17//1202170232331323939450644.png

http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/17//1202170522241323939451784.png

AIDEZ MOI À ARRÊTER LA PUB --- DONNEZ :)

Joueur du Grenier